Contact

Conférences 2018-2019

UN GÉNIE NOMMÉ CHAPLIN

Mardi 5 Février 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 UN GÉNIE NOMMÉ CHAPLIN 

Si CHAPLIN fut le personnage le plus célèbre de l’histoire du cinéma, il fut également un génie, comme le montre le Dictateur.

Ayant conçu le film en 1938, dans un contexte international où Hitler jouissait d’une opinion très favorable, il montra une exceptionnelle lucidité en soulignant les aspects pathologiques et/ou cauchemardesques de la personnalité du Führer. Il décrivit avec précision ses relations à autrui et révéla ainsi que ce dernier était, un mégalomane égocentrique, comédien dans l’âme. Il annonça le péril et, comme nombre de génies, fut largement incompris, s’exposant ainsi à une critique imbécile et irresponsable.

Yves PEDRONO

Docteur en Sciences de l’Education

Titulaire d’une maitrise en philosophie

LA VIE TUMULTUEUSES DES EMPOISONNEUSES

Mardi 26 Février 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 LA VIE TUMULTUEUSE DES EMPOISONNEUSES 

L’empoisonnement a toujours été considéré comme un crime féminin. C’est peut-être pour cette raison qu’il est réprimé plus sévèrement que le meurtre dans le code pénal.

Il est vrai que les hommes avaient à leur disposition d’autres armes pour éliminer leurs ennemis : l’épée ou le sabre permettaient de donner la mort de façon loyale, en y gagnant même un certain prestige.

Longtemps, les femmes ont été mariées par leur famille à un homme qu’elles n’avaient pas choisi mais qui devenait leur maître ainsi que le gérant de leur fortune, jusqu’à ce que la mort les sépare, selon la formule prononcée durant la cérémonie du mariage. Formule propre à susciter quelques tentations bien compréhensibles…

Gérard Morel évoquera les particularités de certains poisons, tout en vous racontant les infortunes (et les espoirs) de celles qui les ont employés : La marquise de Brinvilliers et « la Voisin » bien sûr, mais aussi la romanesque Madame d’Aulnoy, assez imaginative pour écrire des contes de fées comme faire disparaitre son mari…et les époux de ses protégées ! Ou Catherine de Châteauneuf, dont l’appétissant pain d’épices était saturé d’arsenic. Et d’autres femmes, qui recoururent au poison tantôt par révolte tantôt par amour, mais toujours parce que c’était pour elles l’ultime échappatoire…

NB : Afin de ne pas décevoir son auditoire, Gérard Morel nous prévient d’ores et déjà qu’il ne communiquera durant sa conférence aucune recette de poison indétectable…

 

Gérard MOREL

 Romancier

MARS

Mardi 5 Mars 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 ZOOM SUR MARS LA PLANETE ROUGE 

Identifiée il y a plus de 4000 ans, associée au dieu romain de la guerre, observée par Galilée et cartographiée par Huygens, la planète Mars, notre voisine, a toujours intrigué les Terriens.

On l'a longtemps crue accueillante et habitée, mais depuis le milieu du 20ème siècle, les sondes d’explorations ont mis en évidence qu’elle était froide désertique, volcanique, dépourvue de champ magnétique protecteur et quasiment d’atmosphère…Elle possède la plus haute montagne et le plus grand canyon du système solaire, mais l’eau liquide qui a ruisselé à sa surface semble avoir totalement disparu.

C’est la planète la plus étudiée, celle sur laquelle on recherche des traces de vie, et c’est vers elle qu’on envisage de diriger un vol habité, d’ici quelques décennies. Que savons-nous aujourd’hui de sa géologie ou de son climat ? Quelles questions les planétologues se posent-ils sur cette planète similaire à la Terre mais en même temps si différente ? Qu’attendent-ils des prochaines missions d’exploration programmées vers 2020 ?

Danièle IMBAULT

Docteur-ingénieur en Physique de l’Atmosphère

 

FRANCIS POULENC

Mardi 12 Mars 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 FRANCIS POULENC L’INTRANQUILLE 

Frivole et insouciant dans sa folle jeunesse sous l’égide d’Erik Satie et du Groupe des six, Francis Poulenc, après bien des doutes, a suivi son propre chemin sans se soucier des modes et du nouveau langage pris par la musique après la seconde Guerre mondiale. Brillante et mélodique, sa musique lorgne souvent du côté de ses contemporains comme Prokofiev ou Stravinski et de ses grands modèles du passé que furent Mozart ou Puccini mais sans jamais perdre les harmonies qui lui sont propres et qui la rendent immédiatement reconnaissable.

Quitte à passer pour démodé, Poulenc n’a en fait jamais parlé une autre langue  que celle du cœur, dans un style de plus en plus teinté de mysticisme après avoir retrouvé la foi de ses ancêtres. Avec le temps sa musique s’est enrichie d’une certaine gravité, suivant les aléas d’une nature beaucoup plus tourmentée que son personnage public le laissait paraître. La mort prématurée de Francis Poulenc, en 1963, pouvait faire craindre que sa musique disparaisse avec lui. Il n’en est rien. La querelle des anciens et des modernes s’est apaisée et les œuvres de cet attachant compositeur font au contraire partie des programmes de nos concerts et de nos disques. C’est cet itinéraire qui passe par les peintres et les poètes que François Hudry s’attachera à faire revivre.

François HUDRY

Musicographe, conférencier, éditorialiste

LOUISE MICHEL

Mardi 19 Mars 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 LOUISE MICHEL 

Glorifiée par Victor Hugo, Verlaine et Barbusse, la « Vierge Rouge » fut d’abord institutrice avant de faire le coup de feu aux côtés des communards. Déportée en Nouvelle Calédonie, elle ne renia rien de ses idéaux humanistes et politiques, soutenant sur place la révolte des Canaques. Amnistiée puis graciée, cette légende « survivante », socialiste devenue anarchiste, poursuivit son combat pour l’égalité, le non conformisme et l’internationalisme ouvrier, défiant l’ordre et la justice. Grande figure du féminisme, franc maçonne militante, elle n’est pas sans rappeler Olympe de Gouges. Elle n’en témoigna pas moins d’une grande curiosité scientifique. Son parcours exceptionnel, tourné vers les autres aux dépens de sa propre vie, illustra pleinement le rôle des femmes dans la vie publique et leur devoir de prendre leur destin en main, et lui valut des funérailles nationales. A quand la panthéonisation ?

Simone ABRAHAM-THISSE

Agrégée d’histoire et chargée de recherches au CNRS