Contact

Conférences 2019-2020

UN GÉNIE NOMMÉ CHAPLIN

Mardi 1 Octobre 2019 à 14h30 | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 Si CHAPLIN fut le personnage le plus célèbre de l’histoire du cinéma, il fut également un génie, comme le montre le Dictateur.

Ayant conçu le film en 1938, dans un contexte international où Hitler jouissait d’une opinion très favorable, il montra une exceptionnelle lucidité en soulignant les aspects pathologiques et/ou cauchemardesques de la personnalité du Führer. Il décrivit avec précision ses relations à autrui et révéla ainsi que ce dernier était, un mégalomane égocentrique comédien dans l’âme. Il annonça le péril et, comme nombre de génies, fut largement incompris, s’exposant ainsi à une critique imbécile et irresponsable.

 

Yves PEDRONO

Docteur en sciences de l’Éducation

Titulaire d’une maitrise en philosophie

 

VETERINAIRES, ANIMAUX SAUVAGES

Mardi 8 Octobre 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 Être vétérinaire auprès des animaux sauvages est un métier qui fait souvent rêver, tout particulièrement à notre époque, au moment où la faune est si menacée et la condition animale au cœur du débat public. Mais quels sont les vrais rouages de cette profession, comment y parvient-on ? Est-ce vraiment facile de soigner ces animaux farouches ? Comment l’apprend-t-on avec la multitude d’espèces disséminées à travers la planète… A-t-on encore une chance de conserver les derniers représentants des groupes les plus en danger d’extinction ? Y a-t-il de l’espoir et surtout des solutions ?

A travers son expérience personnelle, Marie-Claude BOMSEL tentera d’apporter quelques clés, solutions et espoir à ce défi majeur du 21ème siècle.

 

Marie-Claude BOMSEL

Docteur vétérinaire

Professeur Honoraire au Muséum national d’Histoire naturelle

 

 

JEUX DE CIRQUE DANS LA ROME ANTIQUE ET SPORT CONTEMPORAIN

Mardi 15 Octobre 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 Si les Romains, contrairement aux Grecs, ne passent pas pour un peuple particulièrement sportif, ils ont cependant pratiqué beaucoup d’exercices physiques. Le sport-spectacle a revêtu une très grande importance dans la société romaine, et les jeux de cirque ne sont pas très éloignés de notre sport-business, si l’on pense par exemple au football : une même passion planétaire, des édifices de spectacle colossaux, un système de factions identiques à nos clubs, et un culte de la vedette tel  le cocher des quadriges aux gains incroyables.

 

Jean-Paul THUILLIER

Professeur émérite à l’Ecole normale supérieure (Paris)

Ancien membre de l’Ecole française de Rome

 

AL CAPONE SUPERSTAR, ITINERAIRE D'UN GANGSTER EXEMPLAIRE

Mardi 5 Novembre 2019 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 Alphonse-Gabriel Capone est sans doute à ce jour le plus célèbre gangster américain. Venu à Chicago en 1921, il devient dès 1925 une des figures majeures de la pègre dans cette ville.

Malgré son implication dans de multiples activités illégales sur fond de prohibition, son sens profond de la communication, de même qu’un vaste système de corruption, lui vaut l’obtention d’une indéniable notoriété de la part de l’opinion publique.

Une première arrestation en août 1929 faisant suite au massacre de la Saint Valentin et la mise en place par les autorités fédérales d’une équipe d’agents spéciaux, passés à la postérité sous le nom « d’incorruptibles », et dirigés par le non moins célèbre Eliot Ness, permettront de mettre un terme, trois années plus tard, au parcours criminel de « l’ennemi public n°1 » chicagolais.

 

Thierry PIEL

Maître de Conférence en histoire

A l’Université de Nantes

LES ZONES GRISES

Mardi 12 Novembre 2019 à 15H
 Mali, Centrafrique, RD du Congo, Soudan, Somalie, Nigéria, Libye : tous ces états en crise ont en commun d’avoir perdu le contrôle d’une partie de leur territoire. Et ces périphéries ont été reprises en main par des autorités illégales – des « seigneurs de guerre » - qui ont parfois choisi de prospérer sur place ou bien d’aller conquérir le pouvoir central.
La géographie, grâce à ses cartes, fournit une assez bonne grille explicative des conflits en cours. Les marges territoriales, négligées ou abandonnées parce qu’elles sont loin et difficiles d’accès, parfois peuplées de dissidents, d’opposants ou de simples mécontents, fermentent et font le lit des séditions et des révoltes.
Ensuite, c’est généralement la communauté internationale qui doit contribuer à rétablir l’ordre. Mais c’est un juste retour des choses, car ce sont aussi les institutions financières internationales qui ont privé les pays trop endettés des moyens dont ils auraient eu besoin pour assurer l’ordre sur l’intégralité de leurs territoires…
 
Christian BOUQUET
Professeur émérite de géographie politique
Chercheur au laboratoire LAM (les Afriques dans le monde)