Contact

Conférences 2018-2019

L'ELYSEE AU FEMININ

Mardi 2 Octobre 2018 à 14h | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

  

L’ÉLYSÉE AU FÉMININ DE LA IIème à la Vème RÉPUBLIQUE

 De la Ière à la Vème République, les institutions, les lois et les mœurs ont évolué et la condition des femmes s’est radicalement transformée. Cependant la place et le rôle de l’épouse du chef de l’État, n’ont  guère évolué, fidèles aux traditions patriarcales héritées de l’Ancien Régime.

Aujourd’hui ce modèle de Première dame « à la française » est remis en cause. Un débat entre Constitution, usages républicains, liens juridiques du mariage, règne de l’image et contrôle de la vie privée, dont le nouveau couple présidentiel incarne toutes les contradictions est ouvert.

Joëlle CHEVÉ

Historienne et journaliste

TOULOUSE LAUTREC

Mardi 9 Octobre 2018 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 Le 9 septembre 1901, Toulouse LAUTREC mourait à 36 ans, laissant plus de 700 peintures et 5000 dessins. Une œuvre considérable en un temps éclair. Son œuvre montre la nature humaine sans idéal, celui qui a renouvelé l’art de l’affiche reste aujourd’hui un des artistes les plus reconnus pour son dessin, ses sujets et l’expressivité de ces peintures.

 

Laurence CHANCHORLE

Professeur de l’histoire de l’art

LES ETRUSQUES

Mardi 16 Octobre 2018 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 LES ETRUSQUES AUX DOUZE CITÉS

La civilisation étrusque, qui fut la première d’Italie, ne doit pas être vue comme celle d’un empire centralisé et homogène, à la manière romaine, mais comme celle d’un ensemble de Cités-Etats à la grecque. Toutes les sources anciennes insistent sur le fait que les Étrusques avaient une ligue de douze cités, une « dodécapole », le lien entre les cités étant essentiellement religieux, autour d’un sanctuaire fédéral, le « Fanum Voltumnae ». On verra les caractéristiques particulières et les productions artisanales et artistiques des cités les plus importantes : Depuis Vies qui fut la première à être conquise par les Romains en 396 avant notre ère jusqu’à Orvieto qui tomba en 264 avant notre ère, en passant par Caeré (Cerveteri) et Tarquinia dont les vastes nécropoles sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, sans oublier Volterra et ses urnes d’albâtre ni Arezzo et sa célèbre Chimère de Bronze.

Jean-Paul THUILLIER

Professeur d’université

Archéologue, latiniste et historien

Membre de l’Institut d’études étrusques et italiques de Florence

EDWINA MOUTBATTEN

Mardi 23 Octobre 2018 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 EDWINA MOUNTBATTEN (1901-1960)

La dernière vice-reine des Indes

Petite-fille d’Ernest Cassel – l’homme le plus riche du monde – Edwin – belle et intelligente – vit une jeunesse libre et sulfureuse. Puis, promue vice-reine des Indes après son mariage avec Lord Louis Mountbatten, elle apparaît comme le modèle idéal d’une femme courageuse, généreuse, soutien indéfectible de son époux dans les heures sombres de la partition. Devenue le grand amour du Pandit Nehru, adorée des foules de l’Orient auxquelles elle ne cesse de se dévouer elle mourra à la tâche, laissant l’image d’une existence radieuse qui ressemble à une légende.

 Renée-Paule GUILLOT

Ecrivain, Conférencière

LES NABIS A L'ERMITAGE

Mardi 6 Novembre 2018 à 15H | SALLE DE SPECTACLE JEAN GABIN

 LES NABIS

A la fin du XIX siècle, un groupe de jeunes artistes se forme en France en marge de l’art académique en adoptant le nom de Nabis. Ce terme hébreu veut dire : « prophète » ou « illuminé de Dieu », mais il sera interprété d’une manière très complexe par ces peintres de tempéraments et de goûts différents. Deux courants se distinguent nettement dans le groupe : mystique et intimiste. Leurs représentants les plus célèbres sont : Maurice Denis et Pierre Bonnard.

Dans les années 1890, un grand collectionneur russe, Ivan Morosov, découvre leur art et devient leur mécène pour plusieurs années. Non seulement il achète leurs toiles, mais il leur passe des commandes d’une grande envergure : des œuvres monumentales destinées à décorer son hôtel particulier à Moscou.

Après la révolution russe de 1917, toute la collection a été nationalisée par les bolchéviques et sa partie la plus riche, comptant des chefs-d’œuvre mondialement connus comme par exemple le Triptyque « la Méditerranée » de Bonnard ou la série de peintures consacrées à la légende de « Psyché et d’Amour » de Denis, est conservée au Musée de l’Ermitage.

La conférence explique l’histoire de la collection de Morosov, mais aussi les principes artistiques et philosophiques des peintres Nabis.

Maria OZEROVA

Agrégée de Lettres Classiques Françaises

Diplômée de l’histoire de l’Art, Attachée scientifique au Musée de l’Ermitage

Conférencière